MURINA 3.jpg

Du 22 Juin au 5 Juillet

MURINA 1.jpg
noir_progressif.png

MURINA
ANTONETA  ALAMAT  KUSIJANOVIC
Croatie-USA-Brésil-Slovénie, sortie le 20/04/2022, 1h36 - VOST

1 Prix Caméra d’Or au Festival de Cannes 2021 & 2 Nominations à la Quinzaine des Réalisateurs 2021


Sur l’île croate où elle vit, Julija souffre de l’autorité excessive de son père. Le réconfort, elle le trouve au contact de sa mère – et de la mer, un refuge dont elle explore les richesses. L’arrivée d’un riche ami de son père exacerbe les tensions au sein de la famille.
Julija réussira-t-elle à gagner sa liberté ?


Nous sommes sur une île croate paradisiaque, loin de tout… une prison ?
Julija, jeune championne d’apnée et chasseuse de murènes mutique, est une jeune fille à la démarche assurée mais dont le visage se ferme quand son père entre dans la pièce. Le père, c’est Ante, homme tyrannique et rétrograde qui passe son temps à dénigrer Julija, larbin et faire-valoir, lui refusant toute ambition. L’adolescente serre les dents. La mère de famille s’est résignée à cette crispation latente.
Pas de problèmes matériels pourtant. Ante envisage même de vendre un terrain à Javier, un ami fortuné qui vient visiter cet endroit où il compte bâtir un hôtel. Pour Julija, l’arrivée de l’élégant homme d’affaires est une aubaine. L’occasion d’entrevoir un avenir meilleur, de se dégager d’une emprise étouffante. Elle qui plonge quotidiennement dans le grand bleu avec son geôlier se découvre une âme de murène, cet animal qu’on dit capable de mordre sa propre chair pour se libérer des pêcheurs. Par un jeu de regards croisés et de corps frôlés, c’est un rapport de force qui vacille sous l’écrasant soleil croate.
Il y a de la rudesse, mais surtout de la justesse, de l’onirisme même (extraordinaires séquences sous-marines) et une sensualité diffuse dans ce bouleversant portrait dépassant le simple récit d’émancipation, produit par Martin Scorsese et vainqueur de la Caméra d’or à Cannes 2021.
On applaudit Gracija Filipovic, stupéfiante nymphe rebelle. On remarque aussi Cliff Curtis, acteur familier des blockbusters,  dans le rôle de l’intrus qui va indirectement permettre à la murène de sortir de son récif.


Pour rendre compte des aspirations de sa jeune héroïne et radiographier les ressorts du machisme inscrit si profondément dans la culture locale, Antoneta Alamat Kusijanovic évite à chaque instant le didactisme et les bavardages. « Avec Murina, raconte la cinéaste de trente-six ans, je voulais explorer les tensions qui apparaissent lorsqu'un étranger vient perturber l'équilibre d'une famille, en encourageant une jeune fille à remettre en cause la mentalité qu'elle a connue toute sa vie. Julija vit dans un paradis terrestre sur son île croate, mais aussi dans une société obsédée par l'enrichissement rapide, quitte à se vendre soi-même, et dans une société, aussi, où la puissance d'une fille est prise pour une faiblesse du père : « Le machisme est si profondément ancré dans notre société que nous le confondons souvent avec notre identité culturelle. »


Premier film d’une cinéaste croate, couronné par une Caméra d’or, « Murina » mélange drame familial et récit initiatique, à travers le parcours d’une adolescente coincée dans un faux paradis. Une œuvre fine, qui revisite les codes de l’émancipation et de la tragédie. Les Fiches du Cinéma
Produit par Martin Scorsese et récompensé par la Caméra d’or au dernier Festival de Cannes, ce long métrage avance avec une fluidité sensuelle, sans coquetteries inutiles mais pas sans tension, heureusement. Télérama

Sous le soleil de la Croatie, le film d’Antoneta Alamat Kusijanovic dresse le bouleversant portrait de Julija. La Voix du Nord

Une adolescente sauvage et lumineuse se libère du joug paternel dans ce Premier film croate. Une réussite. Le Figaro

Retour.png