crescendo_2.jpg

Du 31 Août au 13 Septembre

Crescendo_affiche.webp
noir_progressif.png

CRESCENDO

DROR  ZAHAVI

Allemagne, sortie le 6/07/2022, 1h51 – VO allemand-anglais ST

Eduard Sporck, chef d'orchestre de renommée mondiale, accepte de fonder un orchestre de jeunes israélo-palestiniens. Il est rapidement confronté à des jeunes musiciens qui ont grandi dans un état de guerre et de répression et sont loin d'être en harmonie : les deux meilleurs violonistes, Layla - la Palestinienne émancipée - et le bel Israélien Ron se méfient profondément l'un de l'autre.

Sporck réussira-t-il à relever le défi ?...

Une très belle idée que cette collaboration musicale entre Israéliens et Palestiniens pour former un ensemble orchestral qui rappelle les productions (réelles) du West-Eastern Divan Orchestra, et qui fait chaud au coeur dans ses moments de partage autant qu'il attriste dans les disputes haineuses.

Comment les jeunes israélo-palestiniens vivent-ils un conflit qui remonte si loin avant leur naissance ? Deux communautés qui se haïssent peuvent-elles trouver un terrain d’entente autour d’une passion commune ? Ces questions irriguent Crescendo, une fiction dont les scénaristes imaginent la fondation d’un orchestre réunissant des musiciens des deux bords, afin de donner un concert qui aurait un retentissement mondial : initiative qui évoque la fondation en 1999, par le chef d’orchestre Daniel Barenboïm et l’écrivain chrétien américano-palestinien Edward Saïd, du West-Eastern Divan Orchestra, avec 80 jeunes instrumentistes venus d’Israël et des États arabes voisins.

On est conquis par le beau message véhiculé, par la magnifique interprétation des acteurs (Sabrina Amali et Daniel Donskoy, splendides) et par la musique enveloppante qui se compose au fur et à mesure du film, en vue d'un final époustouflant... mais celui-ci pourra-t-il avoir lieu ?

Malgré de bons sentiments un peu exacerbés, ce drame humaniste parvient à toucher grâce à son beau sujet et à ses excellents jeunes comédiens. Télé7jours

 

Porté par le comédien autrichien Peter Simonischek et une bande de jeunes acteurs israéliens et palestiniens, Crescendo séduit par sa mise en scène élégante et les beaux paysages du Tyrol, mais la lourdeur de son message agace. Les Fiches du Cinéma

 

Ce film sur la tolérance et les vertus de l’art enfonce des portes ouvertes mais le fait plutôt bien. Le Journal du Dimanche

Retour.png