LA LOI DE TEHERAN 3.jpg

Du 25 août au 7 septembre 2021

LA LOI DE TEHERAN 1.jpg
noir_progressif.png

LA LOI DE TEHERAN
de SAEED ROUSTAYI

Iran, sortie le 28/07/2021, 2h14 - VOST 

 

Grand Prix & Prix de la Critique au Festival International du Policier 2021 (Reims Polar) et 2 Nominations Prix du Jury & Prix du Public

 

En Iran, la sanction pour possession de drogue est la même que l’on ait 30 g ou 50 kg sur soi : la peine de mort. Dans ces conditions, les narcotrafiquants n’ont aucun scrupule à jouer gros et la vente de crack a explosée. Bilan : 6,5 millions de personnes ont plongé!

 Au terme d'une traque de plusieurs années, Samad, flic obstiné aux méthodes expéditives, met enfin la main sur le parrain de la drogue : Nasser K. Alors qu’il pensait l'affaire classée, la confrontation avec le cerveau du réseau va prendre une toute autre tournure...


Le titre originel et international du film est Just 6.5 : c’est le nombre – sans cesse croissant – de toxicomanes en Iran : 6,5millions. Pourtant dans ce pays, où dix tonnes de drogue sont consommées chaque jour et qui est frontalier avec l’Afghanistan dont la narco-économie est florissante, la moindre possession de stupéfiants est punie de la peine de mort par pendaison. Une perspective qui n’effraie guère les trafiquants, prêts à tout (jusqu’à utiliser des catapultes et creuser des tunnels) pour faire passer leur marchandise.
Le thriller, lui aussi stupéfiant, de l’Iranien Saeed Roustayi, 31ans - son deuxième film après «Life and a Day» - s’ouvre par une descente musclée de la police de Téhéran dans une cache de dealers de crack. Elle annonce une traque infernale : un flic modeste aux méthodes brutales.

 Samad, veut mettre la main sur un richissime parrain de la drogue, Nasser Khakzad.
Dans ce film scénarisé et cadré à l’américaine, la caméra portée suit au pas de charge le chasseur et sa proie, pénètre dans les maisons où les femmes et les enfants tiennent lieu de paravents... et d’alibis, sur les chantiers dont les canalisations sont transformées en refuges, derrière les barreaux de prisons surpeuplées et dans les tribunaux.

 

Une œuvre gorgée d’idées de mise en scène et singulièrement efficace. Télérama

 

Tout le film frappe par son utilisation extrêmement inventive des lieux, comme ce repère de trafiquants investi par les forces de l’ordre au début du film. Première

Rarement aura-t-on vu une confrontation intime, humaine, psychologique et policière portée à un tel niveau d'incandescence, grâce à une mise en scène aussi étouffante que radicale, et à deux comédiens magnétiques. Ecran Large

Retour.png