200 mètres 2.jpg

Du 14 au 27 Juillet 2021

noir_progressif.png

200 METRES 
AMEEN NAYFEH
Palestine, 9 juin 2021, 1h37 - VOST

 

Meilleur Film Festival de Séville - Prix du Public Venice Days - Meilleur Acteur Antalya Film Festival
Meilleur Film et Meilleur Réalisateur Thessaloniki Film Festival et El Gouna Film Festival

 

Mustafa d’un côté, Salwa et les enfants de l’autre : une famille vit séparée de chaque côté du Mur israélien à seulement 200 mètres de distance. Ils résistent au quotidien avec toute la ruse et la tendresse nécessaires pour « vivre » comme tout le monde, quand un incident grave vient bouleverser cet équilibre éphémère.
Pour retrouver son fils blessé de l’autre côté, le père se lance dans une odyssée à travers les check-points, passager d’un minibus clandestin où les destins de chacun se heurtent aux entraves les plus absurdes.

Deux cents mètres, c’est la distance qui sépare l’appartement de Mustafa, en Cisjordanie, de celui de sa femme en Israël, où elle travaille et réside avec leurs trois jeunes enfants. Pour vivre avec eux de l’autre côté du mur, il suffirait à Mustafa, Palestinien, de prendre la nationalité israélienne, ce qu’il refuse. Quand son fils se retrouve à l’hôpital, Mustafa s’embarque dans un périple absurde pour le rejoindre, entre passeurs et clandestins malgré eux.


Modeste épigone d’Asghar Farhadi, auteur d’« Une séparation », Ameen Nayfeh arrime son premier long-métrage, road-movie entre checkpoints, à l’intégrité de son protagoniste (impeccable Ali Suliman) malmené par les pressions et dilemmes quotidiens qui l’assaillent.
Comme autant d’étincelles dans la poudrière israélo-palestinienne…

 

Le réalisateur Ameen Nayfeha a lui-même subi la séparation avec sa famille maternelle qui vivait dans un village palestinien, de l’autre coté de la barrière de séparation israélienne. L’idée du film et de ces 200 mètres de distance est venue d’une accumulation d’expériences, à la fois personnelles et collectives: «Je peux sans doute affirmer que 99% des Palestiniens ont à traverser, au quotidien, des épreuves similaires pour surmonter des obstacles absurdes. On se bat, tout ça pour de petites victoires, simplement accomplir des tâches simples et basiques.»

Chronique exemplaire sur les défaites « ordinaires » et sur les incertaines petites victoires,  le bien nommé « 200 mètres », avec sa pudeur et sa rigueur implacable, raconte les réalités palestiniennes et israéliennes d’aujourd’hui avec une rare pertinence. Un film à découvrir d’urgence. Marianne

Entre drame social, road-movie politique et thriller haletant, ce premier long-métrage intense donne envie de hurler et touche au cœur. Bande-à-Part

L’aventure et le récit familial s’entremêlent dans une sorte de road-movie qui dénonce autant la situation de la scission entre la Palestine et Israël que la manière dont le politique peut ruiner des équilibres familiaux. Une mise en scène haletante, menée tambour battant. A Voir-à-Lire.com
 

Retour.png