MINARI 2.jpg

Du 28 juillet au 10 août 2021

MINARI 1.jpg
noir_progressif.png

MINARI

De LEE ISAAC CHUNG    
USA, sortie le 23/06/2021, 1h56 - VOST

Oscar de la meilleure actrice second Rôle Yuh-Yung Youn aux Oscars 2021

Prix de la meilleure actrice dans un second rôle aux BAFTA Awards 2021 

Meilleur Film en langue étrangère aux Golden Globes 2021

Une famille américaine d’origine sud-coréenne s’installe dans l’Arkansas où le père de famille veut devenir fermier. Son petit garçon devra s’habituer à cette nouvelle vie et à la présence d’une grand-mère coréenne qu’il ne connaissait pas…

Un mobil-home sommaire, planté au milieu d’un champ en friche de l’Arkansas :  pour la petite famille sud-coréenne, le rêve américain ne fait pas rêver. La mère, Monica, a la tête des mauvais jours. «Ce n’est pas ce que tu m’avais promis», reproche-t-elle à son mari, Jacob, qui veut pourtant voir la vie en rose, pendant que leurs deux jeunes enfants, dont l’un est atteint d’un souffle au cœur, jouent dans la prairie.

Le travail précaire n’est pas plus réjouissant : le couple trie, dans une ferme avicole, les poussins mâles, rejetés, et les poussins femelles, conservés. Mais Jacob a une autre ambition, plus lucrative : cultiver son lopin de terre, y faire pousser des légumes destinés à la diaspora coréenne de la ville voisine.

Venue rejoindre sa famille, l’inénarrable et indomptable grand-mère Soonja (Yuh-Jung Youn, qui a reçu pour ce rôle un oscar bien mérité) est moins présomptueuse : elle plante, au bord d’un étang, des graines de minari (notre cresson de fontaine), promis à croître et lui survivre.

Cette crucifère aromatique donne son titre à un film aussi délicat qu’émouvant, dans lequel le Coréano-Américain Lee Isaac Chung («Lucky Life») évoque sa propre histoire et celle de ses parents, qui ont trié les poules afin d’élever leurs enfants, souvent confiés à une grand-mère féerique.

A ce sujet âpre, comme s’il voulait le réconforter, le réalisateur a donné une image de toute beauté et des cadres à la Malick. Il a mis de la grâce dans la crasse et du soleil dans l’eau froide, où le minari fleurit.

Tout est vibrant, puissant, d'une beauté sobre et maîtrisée. Femme Actuelle

 

Semé d'allégories, le film évoque avec finesse la complexité d'une intégration, et les sentiments que produit ce voyage vers un ailleurs. Culturebox

 

Une histoire simple et magnifique sur l’enracinement, dosage harmonieux entre le drame social, la chronique familiale et le mélo déchirant. La Voix du Nord


Le récit brille par son authenticité, son émotion et sa drôlerie à travers le personnage de l'enfant, irrésistible. Une petite merveille. Le Journal du Dimanche

Retour.png