MADRE  de RODRIGO SOROGOYEN

Espagne, France, 22 juillet 2020, 2H09 -  VOST  

 

Avec Marta NietoAnne ConsignyAlex Brendemühl

Dix ans se sont écoulés depuis que le fils d’Elena, alors âgé de 6 ans, a disparu. Dix ans depuis ce coup de téléphone où seul et perdu sur une plage des Landes, il lui disait qu’il ne retrouvait plus son père. Aujourd’hui, Elena y vit et y travaille dans un restaurant de bord de mer. Dévastée depuis ce tragique épisode, sa vie suit son cours tant bien que mal. Jusqu’à ce jour où elle rencontre un adolescent qui lui rappelle furieusement son fils disparu…

 

Le réalisateur d’El Reino aborde les sujets ardus du deuil d’un enfant et du transfert affectif avec délicatesse, en dépit d’une mise en scène un peu forcée et du grand-angle systématique. Tout passe par le jeu de son actrice (et compagne) Marta Nieto, prix d’interprétation mérité à la Mostra de Venise, et par ce décor de plages sans fin, creuset symbolique de béances et d’horizons lointains.

 

S’il était encore utile de le faire, Rodrigo Sorogoyen confirme à travers ce cinquième long-métrage son immense talent de conteur des dérapages de l’âme humaine. Un film déroutant et implacable. A Voir-à-Lire.com

 

On ne sort pas indemne de "Madre", tant son réalisateur sublime plan après plan un récit romanesque et complexe, sublime et tragique, dont le long cheminement vers la lumière bouleverse. Ecran Large

 

Rodrigo Sorogoyen va chercher le cinéma de genre dans les scènes les plus banales d’une vie de perdition. Bouleversant jusqu’aux dernières secondes. Cinema Teaser

 

Inspiré du court métrage éponyme, "Madre" aborde les thèmes de la perte et du sentiment amoureux avec un récit touchant et non conventionnel. Les Fiches du Cinéma

 

Avec cette mère blessée, devenue une sorte d’animal sauvage, et cet adolescent qui aime ce qu’elle a de différent, le cinéaste refait tout le chemin vers l’humain. Ce chemin si rude, si beau, on le suit dans leurs pas. Et c’est inoubliable. Telerama

Du 9 au 22 septembre 2020