LE BEL ANTONIO

 MAURO BOLOGNINI

 

Italie-France, 5 juillet 1961, reprise 28 mars 2018, 1h 45

Léopard d'Or au Festival de Locarno en 1960

Après avoir longtemps vécu à Rome, le séduisant Antonio Magnano revient dans sa ville natale, à Catane. Là, sa beauté lui vaut une réputation de véritable Don Juan. Ses parents ont décidé de le marier à Barbara Puglisi, la fille d'un riche notaire. Antonio tombe aussitôt éperdument amoureux d'elle qui est belle, douce, pure et amoureuse. Le jour de leur mariage , nombre de femmes sont inconsolables. Les jeunes époux se rendent à la campagne où ils sont heureux. Mais un an après, les parents de Barbara demandent l'annulation du mariage, car il n'est pas consommé...

Mastroianni venait d'exploser en séduc­teur mondain dans La Dolce Vita, de Fellini. Sans perdre de temps, il cassa son immédiate et légendaire image de marque. Dans cette charge satirique, très osée pour l'époque, le don Juan incarne... un im­puissant. Quant à Claudia Car­dinale, qui venait d'être une pension­naire de maison close dans La Viaccia, de Bolognini également, elle est ici une jeune fille vierge ! Ils sont tous deux magnifiques en affrontant des situations déli­cates dans le sous-­entendu. Pasolini, encore scénariste, aborde la sexualité à travers les tabous et les préjugés d'une communauté sicilienne. La comédie se teinte peu à peu de gravité. Grâce à l'élégance de la mise en scène, elle trouble, puis finit par déranger par sa dénonciation virulente des moeurs. Poignant. — Philippe Piazzo, Télérama, 27 août 2016

Le mardi 3 juillet à 19h45