BIRDS OF AMERICA 2.jpg

Du 20 juillet au 2 août

BIRDS OF AMERICA.jpg
noir_progressif.png

BIRDS OF AMERICA    
Documentaire de JACQUES LOEUILLE
France, sortie le 25/05/2022, 1h24

1 nomination au Festival Américain de Deauville 2021


Au début du XIXe siècle, un peintre français, Jean-Jacques Audubon, parcourt la Louisiane pour peindre tous les oiseaux du Nouveau Continent. La découverte des grands espaces sauvages encourage l’utopie d’une jeune nation qui se projette dans un monde d’une beauté inouïe. Depuis, le rêve américain s’est abîmé et l’œuvre d’Audubon forme une archive du ciel d’avant l’ère industrielle. Sur les rives du Mississippi, Birds of America retrouve les traces de ces oiseaux aujourd’hui disparus, et révèle une autre histoire du mythe national.
Sur les traces d’Audubon, peintre franco-américain né en Haïti, qui a laissé des images magnifiques de tous les oiseaux de la Louisiane au début du XIXe siècle, Jacques Lœuille remonte le Mississippi et confronte le passé d’une Amérique en état de nature avec le présent d’un pays ravagé par l’industrialisation.
Entre les deux, une identité s’est forgée, et la plupart des oiseaux ont définitivement disparu.
Evocation lyrique d’un eden illusoire, essai sur l’utopie démocratique des Etats-Unis, ce film est passionnant. Le commentaire lu par Jean-François Sivadier est d’une rare justesse de ton.

 


Un documentaire lyrique et poétique. Ouest France

Vues de la Louisiane actuelle, entretiens et voix-off, extraits des (merveilleuses) planches d’Audubon : en douceur, sans effets ni images choc, Jacques Lœuille trace une intelligente et dérangeante contre-histoire des États-Unis. Naturaliste, humaine, très politique. La Voix du Nord

Ce documentaire, original et éloquent, montre l’inéluctable dégradation d’une nature soumise à l’exploitation. Les Fiches du Cinéma

Une ode saisissante à une splendeur américaine évanouie. Première

Ce river movie retrace, le long du Mississippi, l’histoire des Etats-Unis, en lançant des passerelles entre l’époque des découvertes naturalistes et les paysages d’usines et de métal que nous connaissons. Malgré son côté professoral, ce voyage dans le temps parvient à s’en libérer dès lors qu’il se fie à une approche sensorielle de l’avifaune d’Audubon. Le Monde




 

Retour.png