as-bestas_Photo.jpg

Du 28 septembre au 11 octobre

As-bestas.webp
noir_progressif.png

AS BESTAS
De RODRIGO SOROGOYEN
France-Espagne, sortie le 20/07/2022, 2h17 - VOST

Avec Marina Foïs, Denis Ménochet, Luis Zahera…


Antoine et Olga - un couple de Français - sont installés depuis longtemps dans un petit village de Galice. Ils ont une ferme et restaurent des maisons abandonnées pour faciliter le repeuplement. Tout devrait être idyllique mais un grave conflit avec leurs voisins fait monter la tension jusqu’à l’irréparable…


Comment ne pas admirer le cinéaste madrilène Rodrigo Sorogoyen (Madre, Que Dios nos perdone) pour son habileté inouïe à faire monter en puissance une tension toujours très bien bâtie, et sa grande faculté à sonder les plaies de son pays?

En signant une pétition contre l’installation d’un champ d’éoliennes, Antoine déclenche les foudres de deux frères qui comptaient sur l’argent pour changer de vie. Entre Antoine et eux, l’hostilité mâtinée de harcèlement atteint une telle intensité que «le Français», caméra cachée au poing, se met à filmer les exactions de ses bourreaux.
Entre xénophobie et maladresses – à tort ou à raison, les frangins décèlent dans l’attitude d’Antoine du mépris de classe –, Sorogoyen, élevé au lait du cinéma américain des années 1970, fait culminer cette terreur larvée dans un plan-séquence insensé (pure scène de western : tout y est, à commencer par l’étranger venu perturber l’ordre établi) dans un bar aux allures de saloon.
Il leste surtout «As bestas» d’une réelle épaisseur humaine : corps abîmés par le travail, évidence de l’amour du couple, fête d’anniversaire d’un voisin… 
Si nous devions retenir une poignée de longs-métrages montrés cette année à Cannes, il y aurait celui-là...


Le cinéaste espagnol Rodrigo Sorogoyen emprunte les voies du thriller montagnard pour s’attaquer à la xénophobie qui gangrène notre époque. Une leçon de cinéma. CinemaTeaser

La justesse de ne jamais surécrire, la nécessité impérieuse de ne jamais surréaliser, avec la volonté de déchiffrer ces personnages, tout en leur prêtant les mots justes qui ne sont pas les bons pour se comprendre entre eux : "As Bestas", d’un quotidien extraordinaire, regorge de stimuli et de détails non-ostentatoires d’une immense valeur. Culturopoing.com

Dans une œuvre envoûtante et authentique, Rodrigo Sorogoyen décrit avec brio les rouages mortifères du harcèlement de voisinage avec deux comédiens principaux, Marina Foïs et Denis Ménochet, absolument sidérants de sincérité. A Voir-à-Lire.com

Ce thriller rural, sis dans un village en déclin de Galice, ne se contente pas de captiver par la seule force oppressante de son récit. II sidère aussi par l’incroyable sentiment de vérité qu’il dégage... Positif

Rodrigo Sorogoyen, réalisateur d’“El Reino”, signe un thriller à l’hyperréalisme terrifiant. Télérama
 

Retour.png