ils-sont-vivants.jpg

Du 13 au 26 Avril 2022

ils_sont_vivants_affiche.jpg
noir_progressif.png
Retour.png

         

ILS SONT VIVANTS        
 

JEREMIE ELKAÏM


France, sortie le 23/02/2022 - 1h52

Avec Marina Foïs, Seear Kohi, Laetitia Dosch…

4 Nominations au Festival du Film d’Angoulême 2021: Valois du Jury, Valois du Scénario, de la Musique de Film et des Etudiants Francophones



Veuve depuis peu, Béatrice vit avec son fils et sa mère. Sa rencontre avec Mokhtar, enseignant iranien arrivé clandestinement en Europe, va bouleverser son quotidien et ses convictions. Par amour pour lui, elle va devoir défier les préjugés de son entourage et les lois de son pays…

 

Veuve d’un policier, Béatrice vit seule avec son fils et sa mère près de Calais. Comme beaucoup d’habitants, elle regarde avec méfiance ces étrangers qui « envahissent » la ville, selon les mots des anciens collègues de son mari. Mais le hasard d’une rencontre avec un expatrié va modifier son point de vue. Inspiré d’une histoire vraie, le premier film de l’acteur Jérémie Elkaïm semble chercher les difficultés : à tout instant son film pourrait verser dans le schématisme bien-pensant. Mais ce n’est jamais le cas. En privilégiant l’énergie inquiète de ses héros, il met en scène cet humanisme qui, des mots aux actes, exige du courage et de l’abnégation. Et il offre à ses deux comédiens une partition dont ils s’emparent magnifiquement…

 

Ils sont vivants est le premier long métrage de Jérémy Elkaïm, connu jusqu’ici comme acteur et scénariste.
C’est au départ un projet de Marina Foïs, inspiré par le récit de Béatrice Huret, « Calais mon amour ». … Jérémie Elkaïm : « Marina s’était passionnée pour cette histoire vécue par Béatrice. Elle s’y projetait et rêvait d’un film. Je connais Marina depuis le tournage de « Polisse » de Maïwenn, elle m’a parlé de cette envie et nous avons échangé des idées de manière tout à fait informelle... Mais un jour les producteurs de Marina sont venus me trouver pour me proposer de le réaliser. Il y avait des écueils potentiels : je ne voulais pas d’une bluette sur fond de crise des réfugiés, ni d’un film à thèse, désincarné, faux...  Quand j’ai compris que je pouvais traiter cette histoire de façon incarnée et intime, faire vivre les échanges de regard et l’attirance à fleur de peau des personnages, je me suis dit que ça permettrait de mettre le politique dans la chair et l’inconscient du film… »


Visage buté, muscles tendus dans le plaisir comme le combat pour la liberté de cet autre tant aimé, Marina Foïs compose une Béatrice complexe, jamais mièvre, surprise et presque rétive devant sa propre métamorphose. L’incarnation parfaite d’une femme dure qui devient forte. Télérama

 

Inspiré d’une histoire vraie, ce récit initiatique, malaisant, montre la misère de la « jungle » de Calais, l’absurdité des politiques migratoires, la xénophobie... tout en brossant un portrait subtil de cette femme (Marina Foïs, superbe), qui va reconsidérer peu à peu ses valeurs. Télé7jours

Elkaïm filme ces corps comme aimantés et ce désir plus fort que tout avec une sensualité qui emmène ce long métrage loin du banal film à sujet. Une réussite. Première