les-trois-vies-du-chevalier.jpg

Du 27 Avril au 10 Mai 2022

Les-trois-vies.jpg
noir_progressif.png
Retour.png

LES 3 VIES DU CHEVALIER
Documentaire de DOMINIQUE DATTOLA
France, 2014, 1h50


Au fil de son récit, le réalisateur éclaire l’évolution de la liberté de penser en France depuis l’Ancien Régime jusqu’à aujourd’hui en suivant les rebondissements d’une affaire emblématique : l’Affaire n°23 dite « La Barre » ; un procès arbitraire instruit en France au siècle des Lumières et qui continue de défrayer la chronique depuis plus de 250 ans…


Réalisateur à la Cour Pénale Internationale de La Haye, Dominique Dattola est un habitué des rouages du système judiciaire. Avec Les 3 vies du Chevalier, son premier long-métrage documentaire, il passe derrière la caméra comme on passe derrière la barre d'un tribunal, en revenant sur des faits historiques qui ont marqué au fer rouge la liberté de penser, du siècle des Lumières à nos jours. 
Il confie avoir appelé son premier long-métrage documentaire Les 3 vies du Chevalier en raison des trois naissances que le Chevalier de La Barre a connu : "La première de son vivant, la deuxième au moment de l’érection, à sa mémoire, de la statue d’Armand Bloch en 1904 (...) et la troisième vie au moment de l’inauguration de celle d’Emmanuel Ball (...)." 
Il a eu l'idée de ce long-métrage documentaire en recevant un bulletin de souscription d'un professeur de français au sujet du financement de la nouvelle statue du Chevalier de la Barre située dans le petit square Nadar, sur la butte Montmartre à Paris : "J’ai lu ce document et je me suis rendu compte qu’il y avait là un film à tourner, pas une fiction mais plutôt un documentaire de création." 
A travers la figure du Chevalier de la Barre, noble français torturé puis exécuté à Abbeville le 1er Juillet 1766 à l’âge de 19 ans, pour avoir eu en sa possession le dictionnaire philosophique portatif de Voltaire, alors censuré par l'Eglise à l'époque, Les 3 vies du Chevalier entend "faire apprécier au grand public, combien la laïcité est une vertu cardinale de la République : un enjeu capital pour nos démocraties modernes."


Gageure tenue avec brio de raconter en parallèle une foule d’histoires : Celle du procès d’un jeune aristocrate rebelle et curieux au sein d’une société étroite dominée par une Eglise toute puissante que menace l’irruption des idées des « lumières »...
Celle de la création d’une nouvelle statue du Chevalier à la place de celle que Vichy avait fait fondre pour « participer à l’effort de guerre »...
Celle de la création d’une œuvre symphonique spécialement écrite et jouée par un grand orchestre pour la circonstance...
Celle surtout du débat polémique sur la laïcité brillamment mené par une brochette d’intellectuels de tout bords et de haute tenue,… Un spectateur

… c’est un vrai récit documentaire fort qui est donné à voir qui réussit à raconter une histoire et à capter deux créations : celle de la statue, celle de la symphonie. Un bel objet poétique, mêlant l’art à la politique. Courrier Picard