LE TRAÎTRE

Marco BELLOCHIO

 

Italie-France-Allemagne-Bresil, 30 octobre 2019, 2h31–VOST

 

12 Nominations au Festival de Cannes 2019 : Grand Prix, mise en scène, scénario, Prix et mention des cinémas Art et essai...

 

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

Au début des années 1980, la guerre entre les parrains de la mafia sicilienne est à son comble. Tommaso Buscetta, membre de Cosa Nostra, fuit son pays pour se cacher au Brésil. Pendant ce temps, en Italie, les règlements de comptes s'enchaînent, et les proches de Buscetta sont assassinés les uns après les autres. Arrêté par la police brésilienne puis extradé, Buscetta  prend une décision qui va changer l'histoire de la mafia : rencontrer le juge Falcone et trahir le serment fait à Cosa Nostra…

Le génie de cette fresque d’une ambition herculéenne réside dans la puissance quasi-mystique qu’investit le regard de Bellocchio sur l’histoire de son pays - un regard à la fois transcendantal et trivial, qui a le courage d’aller au-delà pour chercher l’étincelle de vérité. Les Fiches du Cinéma

 Avec sa biographie épurée et précise de l’un des premiers repentis de Cosa nostra, le cinéaste italien réussit son film sur la Mafia. Sans en entretenir le mythe. Télérama

 Ce que nous offre "Le Traître", c’est une plongée intime dans la touffeur des pensées de Buscetta. Comme pour les menottes, la vérité ne se situe pas dans une hypothétique exactitude policière, judiciaire ou journalistique ; elle éclate au contraire dans la liberté formelle sidérante avec laquelle le cinéaste et son comédien Pierfrancesco Favino s’approprient l’intériorité du gangster. Positif

 Marco Bellochio signe une fresque fascinante, entre film de mafia, enquête judiciaire et saga humaine. Le Journal du Dimanche

Du 1er au 14 janvier