68, MON PERE ET LES CLOUS

SAMUEL  BIGIAOUI

France, 1er mai 2019, 1h24

  Ouverte il y a 30 ans, en plein Quartier latin, la quincaillerie de mon père est un haut lieu de sociabilité. C’est aussi l’ancien terrain de jeu de mon enfance. Bricomonge va fermer.

À l’heure de l’inventaire et des comptes, j’accompagne mon père dans les derniers moments du magasin. Et je cherche à comprendre ce qui a amené le militant maoïste qu’il était dans les années 1960-1970, intellectuel diplômé, à vendre des clous…

Un regard pudique et modeste , qui en dit long sur les relations filiales, et bien plus encore sur une époque qui entendait faire rimer liberté avec égalité, et égalité avec fraternité. A Voir-à-Lire.com

 Un documentaire pudique qui sort de l’entre-soi en abordant la question universelle de la construction d’une vie. Les Fiches du Cinéma

 À l’occasion de la fermeture de la quincaillerie de son père, le réalisateur lui consacre un film subtil et drôle qui éclaire des idéaux post-soixante-huitards aussi bien que le devenir des petits commerces. La Croix

 Intime et universel, cocasse et émouvant. Marianne

Du 26 juin au 2 juillet