Compétition officielle 2.jpg

Du 6 au 19 juillet

Competition-officielle.jpg
noir_progressif.png

COMPETITION OFFICIELLE     
MARIANO COHN, GASTON DUPRAT
Argentine-Espagne, sortie le 01/06/2022, 1h 54, VOST


 

Un homme d'affaires milliardaire décide de faire un film pour laisser une empreinte dans l'Histoire. Il engage alors les meilleurs : la célèbre cinéaste Lola Cuevas, la star hollywoodienne Félix Rivero et le comédien de théâtre radical Iván Torres. Mais si leur talent est grand… leur ego l’est encore plus !...
Les cinéastes argentins travaillent joyeusement la mise en abyme : dans leur film, sélectionné en compétition à Venise en 2021, les statuettes qui font tourner la tête des cinéastes passent un mauvais quart d’heure. Les réalisateurs dénoncent la vanité des prix, les querelles intestines du cinéma (les films d’auteur contre le divertissement), et les travers d’une profession qui se croit tout permis. On pourrait redouter la charge populiste si le casting du film ne réunissait pas justement trois comédiens internationaux, eux-mêmes bardés de récompenses et acceptant de se mettre sur la sellette – d’autant plus volontiers que les réalisateurs ne sont pas trop méchants avec le système, dont ils font partie.
La qualité de l’interprétation va de pair avec la recherche de la mise en scène. Les plans, rigoureusement architecturés, créent un effet d’écho spectaculaire avec le décor choisi : un immense bâtiment aux lignes géométriques où le trio répète avant le tournage. Autour de ces énormes ego se déploie ainsi, à travers des espaces d’un gigantisme prétentieux, une vision d’artiste envahissante, boursouflée. Cette expressivité visuelle fait de Compétition officielle une brillante comédie conceptuelle, qui rappelle The Square, de Ruben Östlund (Palme d’or en 2017).

 


Une comédie loufogue autour des affres de la création, servie par un trio d'acteurs éblouissants. L‘Humanité

Plus qu'un film sur la fabrication du cinéma, « Compétition officielle » s'amuse de cette volonté assoiffée de reconnaissance, de l'envie aveuglante de monter toujours une marche plus haut que l'autre sur le grand escalier des honneurs. Les Echos

Décapant et finement observé. Télé 7 jours

Cette satire du monde du cinéma est inégale mais dominée de la tête et des épaules par une Penélope Cruz impériale dans l'art du cabotinage. Ouest France

Cynique et courageux, ce drôle d’objet se moque habilement du star-système, des capricesd’artistes et de la vacuité d’un certain milieu du cinéma. aVoir-aLire.com


 

Retour.png