MES PROVINCIALES

JEAN-PAUL CIVEYRAC

 

France, 18 avril 2018, 2h17

 

A vingt ans, ils débarquent de la province, imprégnés de littérature, de philosophie, de musique et d'art. Ils lisent Nerval et Novalis, étudient le cinéma à Paris VIII... Ils s'interpellent, se défient, se haïssent à cause d'idées divergentes sur ce que peut ou doit être un film. Les personnages butent sur l'état actuel du monde, hésitent sur la façon de l'affronter ou de le changer...

Rarement la jeunesse fut, à l'écran, aussi belle, aussi vibrante, aussi attachante aussi confiante et inquiète à la fois. JP Civeyrac a trouvé la bonne distance, entre le souci (la veille, la garde), le ravissement admiratif et une très discrète mélancolie. Positif

Férus de cinéma ou de philosophie, de jeunes provinciaux se rencontrent à Paris en quête d'eux-mêmes et d'absolu. Un film d'apprentissage incandescent. Télérama

Du 16 au 22 mai