BENNI
De Nora FINGSCHEIDT
Allemagne, 22 juin 2020 / 1h 58 - VOST

Avec Helena Zengel, Albrecht Schuch, Gabriela Maria Schmeide…
 

Benni a neuf ans. Négligée par sa mère, elle est enfermée depuis sa petite enfance dans une violence qu'elle n'arrive plus à contenir. Prise en charge par les services sociaux, elle n'aspire pourtant qu'à être protégée et retrouver l'amour maternel qui lui manque tant. Benni, bouille d'ange au teint diaphane. Mais quand les anges passent, les démons ne sont pas loin. Elle taquine, provoque, insulte se joue des autres sans connaître de limites, laisse entrevoir ses fêlures. De foyer en foyer, son assistante sociale et Micha, un éducateur, tenteront tout pour calmer ses blessures et l'aider à trouver une place dans le monde...

 

C'est un premier film de la réalisatrice allemande Nora FINGSCHEIDT dont le moindre détail a été méticuleusement travaillé, renseigné, travaillé. Benni y gagne en réalisme et fait la part belle à l'humanité sans jamais juger et encore moins condamner. Une œuvre investie par la grâce marquant l'avènement d'une grande cinéaste de même que celui d'une actrice époustouflante d'à peine 10 ans.

 

 

Sous ses airs de drame social attendu, "Benni" dissimule un portrait d'enfant bouleversant, interprété avec talent et filmé avec une sensibilité renversante.  Ecran large

Un film qui saute à la gorge.  Le Figaro
 
Cette fiction bouleversante a connu un triomphe mérité en Allemagne : 600.000 spectateurs, un exploit pour une production de ce genre. On espère que Benni, dans l’Hexagone, attirera également des cohortes de spectateurs en quête de découvertes stimulantes après de si longs mois passés loin des salles.  Marianne
 
Benni est un vrai film attachant et punk à sa façon. Pas loin d’être inoubliable, révélant autant qu’elle le révèle son actrice, la jeune Helena Zengel, l’enfance faite tornade, un ange blond jouant à être possédée par le diable.   Les Inrockuctibles

 

Du 26 août au 8 septembre 2020