memory-box.jpg

Du 30 mars au 12 avril 2022

Memory box.webp
noir_progressif.png
Retour.png

MEMORY BOX
JOANA HADJITHOMAS, KHALIL JOREIGE
Liban, sortie le 19/01/2022, 1h 42 – VOST


Le jour de Noël, Maïa et sa fille Alex reçoivent un mystérieux colis en provenance de Beyrouth. Il contient des cahiers, des cassettes et des photographies que Maïa, de 13 à 18 ans, a envoyés de Beyrouth à sa meilleure amie partie à Paris pour fuir la guerre civile. Maïa refuse d’affronter ce passé mais Alex s’y plonge en cachette. Elle y découvre l’adolescence tumultueuse et passionnée de sa mère dans les années 80 et des secrets bien gardés

Joana Hadjithomas a imaginé la trame de son nouveau film, coréalisé avec Khalil Joreige, à partir des carnets de son adolescence libanaise dans les années 1980.
« J’ai envie de savoir » : cette réplique dite par l’une des protagonistes de Memory Box fait office de clin d’œil à l’un des précédents films du duo formé par Joana Hadjithomas et Khalil Joreige : Je veux voir avec Catherine Deneuve. Alex, elle aussi, veut voir et savoir ce qui se cache dans la mystérieuse boite à souvenirs que sa mère vient de recevoir, et ce qu’il y a derrière les secrets familiaux enfouis au Liban. Memory Box se déroule aujourd’hui à Montréal, mais les souvenirs dont il est question remontent à la guerre du Liban, des années auparavant. Tandis qu’une neige épaisse dissimulant tout s’est déposée sur la ville canadienne, la jeune Alex s’en va creuser dans la lointaine mémoire familiale.
Memory Box est un film à voir pour les questions qu’il soulève. La guerre civile du Liban n’est pas un simple prétexte pour évoquer une relation mère-fille conflictuelle. Le film nous amène à réfléchir sur la manière de transmettre la mémoire d'événements traumatisants. La mère refusant de parler de son passé à sa fille, Alex est obligée de fouiller dans les cahiers d’ado de sa mère. Elle écoute également les anciennes cassettes audio enregistrées.
Un autre thème  du film est l’importance de la photographie et du rôle que cette dernière peut jouer dans nos souvenirs. Un parallèle émouvant est fait durant tout le film entre Maïa adolescente et Alex, et leur obsession commune de tout prendre en photo. Memory Box ne se contente pas d’exposer une histoire familiale : le film exploite chaque recoin de son sujet. Voilà qui donne un film intéressant du point de vue purement scénaristique.


Ce puzzle familial dessine ce que la guerre emmène avec elle, et ce qui s’éloigne à jamais. Le Polyester


Le travail de Joana Hadjithomas et de Khalil Joreige est remarquable. Leur réalisation nous amène au plus proche de l’intimité de Maïa, notamment avec l’emploi de la caméra subjective à plusieurs reprises. Le Quotidien du cinéma
 

"Memory Box" est un film profondément nostalgique sur l'adolescence et sur la perte. Allociné