Les amants sacrifiés 2.jpg

Du 12 au 25 Janvier 2022

Les_Amants_sacrifies.webp
noir_progressif.png

LES AMANTS SACRIFIES

KIYOSHI KUROSAWA            
Japon, sortie le 8/12/2021,1h56 - VOST

Lion d’Argent à la Mostra de Venise 2020

 

 

Kobe, 1941. Yusaku et sa femme Satoko vivent comme un couple moderne et épanoui, loin de la tension grandissante entre le Japon et l’Occident. Mais après un voyage en Mandchourie, Yusaku commence à agir étrangement… au point d’attirer les soupçons de sa femme et des autorités. Que leur cache-t-il ? Et jusqu'où Satoko est-elle prête à aller pour le savoir ?...

Une tragique histoire d’amour et d’espionnage sur fond de guerre sino-japonaise.
Une intrigue menée de main de maître par Kurosawa, réputé pour son goût pour le fantastique, qu’il délaisse avec cette fiction labyrinthique, faite de trahisons et de faux-semblants, à laquelle il insuffle sa touche personnelle, au lyrisme sec et sombre.
Son hommage au septième art comme élément clé de la résolution de ce drame est une trouvaille réjouissante. Tout comme l’audace, très politiquement incorrecte, dont il fait preuve en dénonçant les exactions (toujours niées par le révisionnisme d’Etat de son pays) de l’armée japonaise envers les Chinois.

C’est aussi un film d’espionnage au cœur de la Seconde Guerre mondiale avec une atmosphère et des rebondissements qui rappellent les meilleurs films d’Hitchcock. 20 Minutes

La singularité du film, à la fois cruel et lyrique, consiste à appréhender le conflit mondial depuis ce seul théâtre conjugal, où l’amour et l’idéalisme entrent en concurrence frontale, et où un être familier se change en énigme. Télérama

« Les Amants sacrifiés » conjugue poétiquement le motif de la trahison politique avec celui du lien conjugal, de l'histoire en marche avec celui des sentiments les plus secrets. Le Monde

Kurosawa filme un mariage à l’ère du soupçon. Il y a quelque chose de Modiano dans la façon de brouiller les lignes, de mettre en scène les faux-semblants, de rendre opaque les actes des protagonistes. Le Figaro


 

Retour.png